Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Urbex et Survie Urbaine

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

1 Urbex et Survie Urbaine le Jeu 2 Oct 2014 - 15:25

Métatarse




Salut à tous !

Cela faisait assez longtemps que je voulais poster un petit article sur les similitudes entre Urbex et situation de survie urbaine.

Qu'est-ce que l'Urbex ?


C'est le diminutif de Urban Exploration, l'exploration urbaine.
Il ne s'agit pas d'arpenter les villes en tongues, mais plutôt d'explorer les lieux abandonnés de notre civilisation. Les endroits à découvrir sont appelés "spots".

Il y a plusieurs motivations, je vais donner quelques unes des miennes :

- Il y a un énorme aspect historique. La plupart des lieux que j'ai visités sont chargés d'histoires. Que ce soient des hauts fourneaux métallurgiques de début 1900, des centres de traitement des tuberculeux en montagne, ou d'époustouflants manoirs du 19e, chacun a une âme, en aillant accueilli toutes sortes de personnes.
Exemple avec cette petite chapelle :


ou une partie de machinerie :


Ces lieux sont abandonnés, mais souvent très bien conservés tant qu'ils restent dans le secret. Ce sont donc presque des musées à ciel ouverts, perdus dans la nature. A ceci près qu'il ne s'agit pas d'une reconstitution, mais bien de lieux réels, authentiques, et abandonnés en l'état.
De nombreux spots ont ainsi été complètement figés à l'époque de leur abandon. Il n'est pas rare de trouver une pièce avec une atmosphère années 50, une salle du 19e tant sur les meubles, la tapisserie, voire quelques livres, des photos, ou même des écrits personnels !

- Les photos. J'apprécie les lieux anciens, par leur architecture, leurs matières (il y a peu de béton industriel), et leur façon de vieillir. Il y a parfois une atmosphère post-apo qui s'en dégage, dans le sens où il y a une complète liberté de déplacement, sans jugement de quiconque. Vous pouvez vous dire "Tiens, j'aimerais bien monter dans cette tour !" puis le faire la seconde d'après alors qu'en lieu civilisé votre envie restera imaginaire.

Certains apprécient les paysages naturels (moi aussi, hein), d'autres l'aspect rouillé, ou encore suivent le questionnement "Que reste-t-il de notre monde lorsque la nature reprend ses droits ?".

Les Urbexeur ont souvent une mauvaise image, car on les assimile à la dégradation, c'est faux pour ceux qui respectent une éthique communément admise : Il ne faut en aucun cas transformer le lieu, voler quelque chose, ou détruire ne serai-ce qu'un meuble ou une porte.

Ils ont en revanche pas mal d'homologues "explorateurs" qui s'en distinguent :
- les airsofteurs, qui trouvent dans les lieux abandonnés à la fois un terrain de jeu relativement "réel", et la tranquillité requise pour la journée.
La plupart du temps, cela se passe bien quand on se croise. De temps et temps, ils se montrent très dangereux car "on empiète sur leur terrain" (phrase véridique), et n'hésitent pas à orienter quelques tirs (sans protection) vers les urbexeurs pour les décourager d'approcher, j'ai eu un beau bleu dans le cou, et ça a été assez pénible de discuter après sans en venir aux mains.
- Les graffeurs. Ceux qui taguent par passion se remarquent assez vite par le fait qu'ils dégradent quasiment jamais un spot de valeur pour les urbexeurs. Au contraire, ils ont souvent tendance à choisir de grands murs de béton dans les usines désaffectées. Cela donne de bonnes surprises à certains endroits. Au lieu d'explorer un immense local vide, vous trouvez plutôt :



Je me suis d'ailleurs toujours demandé si ce dernier n'était pas inspiré de Klimt :


- Les ferrailleurs illégaux : en gros, quand un internaute donne la localisation d'un spot, il faut compter quelques semaines avant qu'il ne soit totalement ravagé.
On reconnaît la trace des récupérateurs car ils sont très méthodiques : les murs sont détruits pour récupérer fils électriques et canalisations, les robinetteries et radiateurs ont disparu, ainsi que les cadres de portes. J'en ai déjà entendu à certains endroits, et ai préféré partir plutôt que de tomber nez à nez avec des individus en train de démolir les murs à la masse....

Certains bloggeur divulguent sans scrupules les adresses une fois qu'ils ont visité un spot.

Exemple : Le Manoir au piano, "d'origine" ;


Et ma 2e visite :


J'ai eu la chance de le visiter avant qu'il ne soit "connu". Il fallait alors plusieurs jours de recherche en croisant pas mal d'info. Le spot, même après plusieurs années d'abandon, était intact.
Puis, quelques semaines après, des "bloggeurs", se mettent à divulguer des indices. Par exemple, citer "gsv" dans le titre et les tags quand un internaute demande la localisation dans les commentaires. Il n'y a en gros qu'une seule ville correspondant à cet acronyme. C'est peut être une coïncidence, mais trois semaines plus tard, j'y suis retourné, tout avait été saccagé ou volé.

Ceux qui veulent voir l'évolution n'ont qu'à comparer les photos du piano avant/après. L'adresse a vite été connue, et il y a quelques semaines, ce manoir a presque entièrement brûlé.....

Un des sanatoriums alsaciens a été littéralement mis en pièce dès que le nom en a été divulgué sur youtube. Un second sanatorium semi-abandonné à proximité a pris les devants en murant l'ensemble de toutes les entrées.

Donc au contraire de la réputation des urbexeurs, décriée par la plupart des médias, il y plutôt des gens qui explorent par passion en prenant des photos, et des gens avec moins de scrupules qui pillent, mais tout le monde est mélangé dans le même sac.

Au niveau de la loi, c'est entre deux eaux.
Il y a des lieux formellement interdits, c'est écrit dessus, d'autres sont sous le coup de la loi car propriétés privés. Certains propriétaires sont plus "coulants" en ajoutant le panneau "à vos risques et périls".

Sommairement, ils ont un besoin de restriction pour à la fois éviter les voleurs, mais aussi les éventuelles poursuites de la part des imprudents (raison pour laquelle certains châteaux en ruines en Alsace sont maintenant inaccessibles).

Maintenant que j'ai présenté l'activité, je souhaite en venir aux points communs avec les situations de survie urbaine :

Cette manière d'être à cheval sur la législation fait vite prendre ses responsabilités. Vous êtes dans un lieu inhabité, souvent loin de la civilisation ou tout centre de soins. Si vous traversez de part en part plusieurs étages d'un bâtiment complètement délabré, c'est votre faute, et vous pouvez y rester pour ne pas avoir été assez prudent.

- Les lieux ne sont pas prévus pour s'y déplacer.
La plupart du temps, il s'agit de bâtiments construits avant les normes en vigueur actuellement. S'ils étaient construits à l'identique, ils seraient sans doute condamnés pour dangers en tous genres. Ils ont été abandonnés il y a de nombreuses années, il n'y a donc plus de maintenance ni d'entretien. Les routes, murs, sols et accès sont dégradés, dangereux et souvent prêts à s'effondrer.

Dans une situation de catastrophe (Katrina), d'inondation (assez fréquent en Europe), ou de conflit urbain (Yougoslavie) de on peut retrouver ce genre de points :

Il ne s'agit donc pas d'explorer en fonçant tête baissée. Bien au contraire, il faut analyser tous les éléments de l'environnement. Aussi bien les objets (sols, solidité, plafond, escaliers, passerelle métallique) que les êtres (maréchaussée pour les amateurs de lieux interdits), chiens errants, etc....

Un faux pas et le sol peut se dérober sous vos pieds.
Il y a donc le premier point de la règle des 3 : trois secondes sans attention.

La psychologie de groupe
Les situations les plus délicates sont les groupes. On fait visiter des endroits à des amis, cela ajoute en plus :
- la gestions et la formation rapide de personnes qui n'ont pas forcément conscience des dangers.
- le bruit supplémentaire (certains stressent à l'idée d'être dans un lieu abandonné; d'autres le prennent avec amusement en ne maitrisant pas leur voix ou leurs déplacements).
- la pratique différente du lieu. Un étage pourri ne pourra supporter le passage que d'un seul à la fois.

Certains se prêtent au jeu et vous écoutent, pour d'autres, vous regrettez chaque seconde de leur avoir proposé, mais vous devez gérer les conséquences pendant toute l'exploration.

Soins : Un point important.
A l'extrême rigueur, vous pourrez appeler les secours, qui vous sauveront, mais vous vous expliquerez après avec les forces de l'ordre et l'assurance ce que vous faisiez là.
En pratique, à moins d'un gros pas de bol, la prudence permet de ne pas s'égratigner trop fort.

Perso, je me suis pris quelques blessures, plus ou moins soignables avec les premiers secours.
- Écorchures en tous genre
- Tranchage du pousse sur des bris de verre.
- Empalage du pied sur une palette éclatée, dans le noir. Le clou rouillé a traversé ma chaussure de rando et la peau, les muscles et s'est arrêté dans l'os. On peut parler de blessure profonde bien que présentant un point d'entrée très petit. Je n'ai pas eu vraiment mal, mais ai remarqué l'importance après avoir laissé des traces de pas en sang.Le principal risque est l'infection profonde, ou une maladie tellurique comme le tétanos ou la gangrène, car le clou rouillé introduit les germes à sa surface (du sol donc) dans la plaie, mais aussi ceux présents sur votre chaussure, et votre flore commensale au niveau du pied.
Sur le moment et trois jours après, où l'on voit le derme se régénérer un peu. La cicatrisation a été contrecarrée par les premiers mouvements jusqu'à la voiture; ça a saigné dans tous les sens en se rouvrant à chaque foulée.
Spoiler:



Perso, j'ai traité avec kit bobologie (compressif), désinfectant de plaie, recherche et détersion, puis pansement changé régulièrement avec suivi (je suis vacciné) en recherche de symptômes d'inflammation et septicémie. Mais si cela arrive à une personne un peu light au niveau des compétences médicale, c'est un cas qui mène éventuellement à l'hôpital, alors que quelques gestes réduisent beaucoup la plupart des risques.
Bien entendu, il y a pas mal de chances pour qu'il ne se passe rien du tout Wink

J'ai donc une trousse de soins "tout venant" :
- un savon et une SHA : on est rarement propre à la fin d'une exploration.
- antiseptique : petites coupures sur des matières pas très nettes, ronces, etc.
- pansements : compressif, 1M à découper, petits en tous genres.
- steristrips, pour les coupures nettes et propres
- masque ffp3, pour certains lieux chargés en poussières (bibliothèque du manoir au piano par ex).
- paire de ciseaux, pince à épiler.
- antidouleur, antalgiques, antidiarrhéique (je suis en général contre, sauf utilisation exceptionnelle de courte durée).
- pastilles purificatrices : ne m'ont jamais servi dans ce cadre, mais "au cas où" si je dois rester bloqué sur place ou si je me perds malencontreusement dans une forêt.
- tire-tic, car ma région est infestée
- thermomètre.
- couverture de survie.
- un briquet
- une seringue vide stérile (percer des cloques, drainer) + liquide phy.
- Gants stériles.
- un sachet de sucre et de café.
- mouchoirs,
- lingette nettoyante.

Matériel :
Le matériel suit plusieurs impératifs : il doit être léger et permettre de se déplacer rapidement.
Un gros sac à dos est très pénible pour les recoins, ou escalader une passerelle.


ou passer sous les convois désaffectés

Qualité ou premier prix ?
Au niveau de l'éclairage, certains vont assez loin, avec des frontales Peltz et compagnie. Personnellement, j'utilise du très simple, léger et bon marché. La principale raison est que l'Urbex est une activité qui a tendance à utiliser à fond le matériel. On l'use dans des conditions limites (humidité), et il n'est pas rare de perdre plusieurs items. Genre, vous éclairez un puits, et "Oh, la lampe est tombée 20m plus bas !"

Par ailleurs, un matériel bon marché et low profile permet de l'avoir régulièrement sur soi sans passer pour un zinzin, ni avoir à s'en inquiéter et de l'utiliser si par hasard on tombe sur un endroit merveilleux.
C'est moins dommageable mentalement de perdre ou péter une lampe à 5€ qu'une Peltz. Cela permet des doublon, en cas de prêt en groupe.

Ici, mes deux lampes LED "stylo" de 1,5W....à 3€ pièce en Allemagne. Je les ai depuis plus d'un an avec une trentaine de sorties sans aucun souci. Elles sont suffisamment puissantes pour éclairer jusqu'au fond d'un couloir ou d'un puits, tout en étant très fines pour tenir entre deux doigts, entre le dents, ou se clipser quelque part. La mince ouverture permet également d'estomper avec un seul doigt en cas de bruit suspect. 


- La lampe est alimentée par deux piles AAA. J'ai en plus un pack de 4, assurant au total 20h d'éclairage à forte puissance.

Divers :
En général une bouteille d'eau pour l'après midi. Un petit gouter lors de la pause pour une petite photo.
Deux paires de gants renforcés au kevlar, qui deviennent vite indispensables pour éviter les coupures systématiques.
Certains emporteront un appareil photo hors de prix pour tirer des photos de grande qualité. Je les comprends car certains endroits méritent d'être immortalisés. Personnellement, je préfère me contenter d'un smartphone 8 mégapixels, qui assure un bon compromis entre compacité et praticité :
- moins de risque de le casser qu'en transportant un appareil de 1kg
- léger
- possibilité de prendre d'une main, voire de se prendre avec la seconde caméra.
- fonctionne avec des gants de travail.
- certains gardiens autorisent l'accès si on ne prend pas de photos. L'astuce des urbexeurs est bien entendu de permuter les cartes mémoire pour en flasher une à la sortie, avec quelques photos dessus pour "faire vrai". Sur smartphone, personne ne soupçonne quoi que ce soit, et d'autant moins avec les applications sécurisant les dossiers photo.
- il fait lampe de secours.

Documentation :
L'activité pousse à se documenter sérieusement sur plusieurs points.
- le lieu et son histoire. Culturellement, on apprend beaucoup sur une région, une vallée ou un village rien qu'avec le lieu recherché car il s'agit souvent d'un point historique d'intérêt.
On remarque même souvent son évolution avec les comparatifs d'anciennes cartes postales présentes sur le web.
- On utilise énormément les données géographiques. Pour trouver certains spots, je suis passé par l'analyse de l'angle du soleil d'une photo selon l'heure de prise avec estimation de l'altitude de la montagne en fond. Si une rivière, une tour, ou un point remarquable apparaît, c'est souvent l'indice final d'une recherche. Cela force donc l'attention maximum au paysage.
- On utilise la cartographie, pour la recherche, mais aussi pour atteindre le spot. Autant google earth permet de trouver la zone, autant les zones d'entrées sont à évaluer sur une carte IGN précise.... en allant aux extrêmes, les bunkers fortifiés de Lorraine sont dignes de l'épreuve d'endurance, même avec des cartes.
Il y a dans ce cas une analyse souvent approfondie des cartes IGN : puits, rivières, espèce d'arbre.

En général, c'est un peu se retrouver en slip au milieu de la nature car en randonnée, autant vous pouvez demander votre chemin, autant en mode Urbex, vous ne pouvez compter que sur vous même !

Voilà, sans chercher à se mettre en danger (c'est le point principal), l'activité permet de tester dans de vraies conditions extérieures son matériel, ses compétences, et son mental.

N'hésitez pas à poser vos questions. Il y a pas mal de points qui mériteraient des développements, mais cet article est resté trop longtemps dans mes brouillons; j'ai dû promettre à certains membres de son édition dès juin, alors bon....

J'espère que l'activité vous aura attisé la curiosité, et peut être même donné l'envie de vérifier s'il n'y avait pas des lieux d'urbex près de chez vous Wink



Dernière édition par Métatarse le Mar 7 Oct 2014 - 20:28, édité 1 fois (Raison : Images redimensionnées)

2 Re: Urbex et Survie Urbaine le Jeu 2 Oct 2014 - 17:58

Kasmodian




Oui, en effet ça aiguise la curiosité ! Je ne savais même pas qu'il y avait un terme pour désigner ces explorateurs.
C'est en substance, je pense, la seule manière d'explorer les zones urbanisées. J'habite la zone d'Aix en Provence. Et pour moi, c'est assez ardu de partir "dans la verte". Il n'y en a souvent plus des masses et elle est très contrôlée ou pire : très maraudée. Ce qui rend tout campement hasardeux et même dangereux. Et je n'aborde même pas le chapitre du feu.
Du coup, cette alternative Urbex rend les choses plus intéressantes. La partie historique notamment, puisque j'ai la chance d'être très intéressé par l'Histoire.


_________________
----------------------------------------------------------------------------------------------
En toutes choses, il faut considérer la fin.

3 Re: Urbex et Survie Urbaine le Jeu 2 Oct 2014 - 18:07

Steph




Merci beaucoup.
Je ne connaissais pas le terme Urbex.
Plus jeune, j'ai beaucoup pratiqué et particulièrement de nuit puisque pour rejoindre certains lieux, nous étions obligés de passer par les égouts (les gens tirent moins la chasse en pleine nuit Very Happy )


_________________
Stages Esprit Nature et Survie
La terre n'appartient pas à l'homme, l'homme appartient à la terre.
http://www.esprit-nature-survie.fr

4 Re: Urbex et Survie Urbaine le Ven 3 Oct 2014 - 1:45

Sieg




Je suis décidément fan de tes posts Métatarse.

Pas besoin de partir traquer Nessie en Écosse ou le Yéti au fin fond du Tibet.

Le mystère est au coin de la rue.

Cool


_________________
L'humour est la politesse du désespoir ( Boris Vian )
http://www.yogadufroid.com

5 Re: Urbex et Survie Urbaine le Mar 7 Oct 2014 - 20:35

Métatarse




Merci !
Je pense avoir couvert la plupart des lieux du côté Lorraine/Alsace; si certains ont besoin de tuyaux. Smile

Je pense éditer un EDC spécial Urbex...donc en quelques sortes un EDC pour milieu urbain dégradé. Mais bon, déjà que j'aurais dû poster ce retex en juin, je ne vais pas donner de date précise Wink

6 Re: Urbex et Survie Urbaine le Mar 7 Oct 2014 - 21:34

TheGreyMan




Super sujet, et belles photos !

Je fais aussi un peu d'urbex en Lorraine, principalement dans des ruines industrielles et militaires. Malheureusement je n'ai que très peu de photos.

Pour mon EDC "Urbex", c'est EDC habituel simplement renforcé par un pansement israélien grand modèle, une lampe frontale supplémentaire, une dizaines de piles, des gants et de l'eau. Parfois, je prends aussi un casque de chantier car ca m'est arrivé de m'égratigner sur des plafond assez bas, de la tuyauterie...

7 Re: Urbex et Survie Urbaine le Mar 7 Oct 2014 - 21:48

Mutof




J'imagine qu'une paire de pompe de sécurité est de rigueur?

https://www.youtube.com/user/TheMutof

8 Re: Urbex et Survie Urbaine le Mar 7 Oct 2014 - 21:57

TheGreyMan




Ca serait surement mieux, oui. Mais par confort et selon le milieux, je porte soit des rangers soit des chaussures de randonnée decath***... Embarassed

9 Re: Urbex et Survie Urbaine le Mer 8 Oct 2014 - 16:43

alex 0712


Je trouve vraiment l'urbex fascinant, cette façon de re-découvrir des espaces oubliés c'est terrible. c'est une bonne idée de faire partager ça et surtout de parler sécurité parce que justement dans ces endroits il n'y en a pas, il faut compter sur soi!!

10 Re: Urbex et Survie Urbaine le Mer 8 Oct 2014 - 17:38

Métatarse




Salut !
Mutof a écrit:J'imagine qu'une paire de pompe de sécurité est de rigueur?
Disons que c'est assez pénible pour une sortie. Ces pompes sont lourdes, génèrent pas mal de bruit et ne sont pas assez souples. Si tu as besoin de monter ce genre d'échelle, cela devient vite pénible Wink

11 Re: Urbex et Survie Urbaine le Mer 8 Oct 2014 - 18:16

smeety




chouette reportage
j aime beaucoup !

faudrait que je m'y mette :good:


_________________
paix et félicité sur toi Invité/breizh ma bro
dura lex sed lex/mieu vaut prévenir que guerrir

12 Re: Urbex et Survie Urbaine le Mer 8 Oct 2014 - 19:40

Skall




+ 1 avec Smeety Very Happy
Et merci pour le partage Métatarse ! ! ! :good:

https://www.youtube.com/user/photoskall?feature=mhee

13 Re: Urbex et Survie Urbaine le Mer 8 Oct 2014 - 20:27

patoche




cool , cette échelle me fait penser a mon ancien boulot lol! dans les carrières ,  terrils , fonderies ,  et j'en passe .
lorsque nous étions jeunes des potes et moi même visitions le charbonnage prés de chez moi affraid on avait trouvé des trésors , comme de vieilles lampes   de mineurs ,{ les frontales } on en a ramené que quelques-unes , lol! dommage j'aurais pu les revendre aux puces lol! lol!
actuellement c'est difficile d y retourner car y a trop de gens qui te dénoncent aux flics Evil or Very Mad

sinon c'est vraiment chouette ce jaure d’activité cheers :good: :good:

merci pour ces belles photos .

ha ouai les dessins sur les murs la je dis :bravo: :bravo: et je Respect Respect , c'est vraiment très bien fait , il devrait les exposer le mec qui les a faits : je trouve

14 Re: Urbex et Survie Urbaine le Dim 12 Oct 2014 - 18:55

Mani




Voilà un sujet qui m'intéresse fortement!

Depuis que je sais ce qu'est l'Urbex, j'hésite à sauter le pas. Quelques recherches m'ont permis de trouver deux endroit pas très loin de chez moi qui ont l'air bien sympa. Pas de loc précise pour l"instant mais j'y travaille. J'espère pouvoir explorer ces spots dans le courant 2015.




Mani Wink


_________________
" I'm the rolling thunder, the pouring rain, i coming on like a hurricane "

Facebook: Mani Knives
Blog: Mani Knives - Outdoor And Adventure Knives
http://outdoorandadventureknives.revolublog.com/

15 Re: Urbex et Survie Urbaine le Sam 1 Nov 2014 - 10:05

Barbarossa55


Bonjour Métatarse,
Dans le genre chaussures pour ce genres d’expéditions, j'utilise des montantes pour bûcheronnage... Un poil lourdes... Car coque acier sur l'avant. Que pourrais-tu conseiller comme pompes avec si possible des semelles "anti perforation" ?
Merci pour le sujet développé ici !
Barbarossa55

16 Re: Urbex et Survie Urbaine le Sam 1 Nov 2014 - 10:17

Barbarossa55


Oups, je suis un peu hors sujet mais bon, j'y vais.... Je n'ai pas encore trouvé sur un des post un sujet traitant des infections dentaire...
Quoi faire si l'on est éloigné de tout et que cela arrive ?
Le coups du clou de girofle ?
Je dis ça mais... Je me souviens d'un trek au Canada dans un endroit perdu ou nous étions à plusieurs jours de marche du premier "point" habité... J'y ai développé une belle crise suite à un traitement de racine mal fait...
Que devons-nous ou que pouvons-nous faire dans un cas d'urgence ?
Barbarossa55

17 Re: Urbex et Survie Urbaine le Sam 1 Nov 2014 - 11:36

Invité


Invité
Les chaussures de sécurité sont quand même faites pour être portées toute la journée. Même les bas de gamme ont un talon absorbant, et sont très solides.
Pour le confort il faut au moins y mettre 60 euros. Il y a des centaines de modèles.
Les codes à repérer sont S1P (avec semelle anti-perforation et coque) et S3 (avec en plus une meilleure tenue à l'eau)
Je n'ai jamais utilisé de chaussures de sécurité montantes, mais pour l'urbex c'est peut-être mieux, pour protéger les malléoles.

Entre le confort et un clou dans le pied, j'ai déjà donné et j'ai décidé que j'étais allergique aux clous (pas de girofe, Barbarossa55, au fait : tu peux créer une nouvelle discussion dans la partie du forum adaptée)

18 Re: Urbex et Survie Urbaine le Sam 1 Nov 2014 - 11:42

Kasmodian




Pour les infections dentaires, le mieux que j'ai trouver en mode "débrouille", ce sont des cataplasmes de pastis (le vrai : Ricard, 51 et Casanis) pur directement sur la douleur. En général, ça t'aide à tenir jusqu'au moment où tu pourras prendre un Dafalgan, voir même avoir un RDV chez le dentiste.


_________________
----------------------------------------------------------------------------------------------
En toutes choses, il faut considérer la fin.

19 Re: Urbex et Survie Urbaine le Sam 1 Nov 2014 - 12:08

Karabistouille




Kasmodian a écrit:Pour les infections dentaires, le mieux que j'ai trouver en mode "débrouille", ce sont des cataplasmes de pastis (le vrai : Ricard, 51 et Casanis) pur directement sur la douleur. En général, ça t'aide à tenir jusqu'au moment où tu pourras prendre un Dafalgan, voir même avoir un RDV chez le dentiste.

C'est pour cela que j'ai jamais mal au dents Smile

20 Re: Urbex et Survie Urbaine le Sam 1 Nov 2014 - 17:38

Barbarossa55


Merci à tous pour les réponses concernant les chaussures... Oui, montantes car j'ai un souvenir cuisant à base de clou rouillé sur une charpente......
Very Happy Laughing drunken pour le mélange anisé !!!!!
je viens de passer ma journée sur le toit afin d'y installer deux antennes dont une directionnelle...
Barbarossa55

21 Re: Urbex et Survie Urbaine le Sam 1 Nov 2014 - 17:39

Barbarossa55


Kasmodian et Karabistouille, vous êtes de drôles de dentistes là !!!!
Mais attention à l'abus de médocs !!!!!

22 Re: Urbex et Survie Urbaine le Sam 1 Nov 2014 - 17:43

Lara_Croft_007




Et encore, de l'alcool anisé francais il passe à l'alcool de malt écossais... Enfin, pas ce soir, il est parti tester sa nouvelle tente dans les bois...

23 Re: Urbex et Survie Urbaine le Lun 3 Nov 2014 - 12:22

Métatarse




Salut !
Barbarossa55 a écrit:
Dans le genre chaussures pour ce genres d’expéditions, j'utilise des montantes pour bûcheronnage... Un poil lourdes... Car coque acier sur l'avant. Que pourrais-tu conseiller comme pompes avec si possible des semelles "anti perforation" ?

Tdes a écrit:Les chaussures de sécurité sont quand même faites pour être portées toute la journée. Même les bas de gamme ont un talon absorbant, et sont très solides.
Pour le confort il faut au moins y mettre 60 euros. Il y a des centaines de modèles.

Entre le confort et un clou dans le pied, j'ai déjà donné et j'ai décidé que j'étais allergique aux clous (pas de girofe, Barbarossa55, au fait : tu peux créer une nouvelle discussion dans la partie du forum adaptée)

C'est un peu quitte ou double. Wink
Le clou qui m'a traversé le pied ne résulte que d'une erreur de précipitation : j'aurais dû vérifier plus sérieusement avant de descendre dans ce sous-sol. Dans l'absolu, c'est la plus lourde blessure que j'ai ramenée d'une expédition.
J'ai une paire de sécurité qui est très efficace quand je bricole (je me suis pris un cardan dessus lors d'un changement de pièce), elle est agréable à porter....mais elle est terriblement bruyante. Le pas est lourd, en devenant carrément tapageur si on passe dans des zones sensibles (graviers, bouts de verre, etc...). A ceci, le manque de souplesse de la semelle devient pénible si on doit monter et descendre des barreaux d'échelles. Amha il faut faire des essais car perso j'ai vraiment l'impression de perdre en agilité.

C'est donc au choix, je te donne la marque des miennes (de mémoire une paire S3) dès que je rentre en France Wink

24 Re: Urbex et Survie Urbaine le Lun 3 Nov 2014 - 18:53

Barbarossa55


Merci des conseils et o.k pour le retour.
Barbarossa55

25 Re: Urbex et Survie Urbaine le Dim 9 Nov 2014 - 22:10

Invité


Invité
Je viens de croiser le regard de ma casquette anti-heurt, et je me dis que pour l'urbex ce serait un équipement qui a son utilité. C'est une casquette avec une coque en plastique et de la mousse. C'est pas un casque de chantier, c'est fait pour éviter de se fendre le crâne sur des poutres trop basses, par exemple.
Par exemple : http://www.modyf.fr/accessoires/casquettes_entreprise/casquette-anti-heur-norme-en812/
On en trouve aussi avec des visières moins longues (je préfère), mais c'est pas facile.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum