Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Discussion intéressante et décevante avec un maraîcher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Capucine




Discussion intéressante et décevante avec un maraîcher :

Nous avons eu l'occasion Homo survivalis et moi même, de discuter un bon moment avec un agriculteur qui fait principalement des légumes, des fraises, des melons et quelques hectares de céréales au grès de la PAC.

Il semble que la culture soit de plus en plus le fait de techniciens que de "paysans" au sens noble du terme.

Le plus souvent après des analyses de la terre en laboratoire ..., Ils reçoivent les semences hybrides, avec une sorte de "manuel d'utilisation" concernant la préparations des sols, la profondeur, le calendrier, ...

Qu'en sera t il le jour ou notre cher pétrole atteindra des sommets ou viendra à manquer ????

Sans livraison des semences hybrides ? Sans moyens mécaniques ? Quel sera le rendement ?

Il y a fort a parier que ce type d'agriculteur se retrouve aussi dépourvu que les autres,ï y compris pour sa propre famille sur un sol rendu quasi inculte par des décennies d'épandage de produits "divers et varies".

La question tabou est bien entenduî la nature de ces fameux produits.

Comme beaucoup, il fait aussi de la vente directe (en espèces de préférence) sur les bords de route ou des paniers pour les ménagères.

Là, il affiche des prix le plus souvent plus chers que la grande distribution ... Pour des produits qui ne pourraient pas toujours rentrer dans ce mode de distribution si normalisé.

Ca donne vraiment l'impression que nous comblons certains déficits !!!!!

Du vieux percheron de jadis, il ne reste qu'une photo jaunie sur la cheminée !!!!!

Capucine et Homo survivalis

http://gadalie.blogspot.fr/

Mutof




Comme toi, pour les raisons que tu cites, je pense que l'agriculteur/maraîcher traditionnel sera bien dans la mouise le jour où...

J'ai déjà réfléchis à la question de la traction animale comme substitut dans une approche survivaliste. Cela peut être un bon scénario mais il y un bémol (variable selon la situation de chacun), c'est la question de la nourriture pour cet animal. Qui devra être elle aussi produite...

https://www.youtube.com/user/TheMutof

Kasmodian




Il y a la nourriture certes. Mais il y a aussi les soins (vétérinaire) et la reproduction.
Un animal de trait ne dure pas toutes notre vie. Il meurt. Et donc il faut prévoir au moins un couple au départ. Ce qui multiplie le tandem alimentation+soins par 2.
Il faut prévoir aussi un abri hivernal pour les bêtes au risque de les perdre.


_________________
----------------------------------------------------------------------------------------------
En toutes choses, il faut considérer la fin.

Mutof




Oui, bien sur. Smile

https://www.youtube.com/user/TheMutof

goodsteed


autant revenir a l'esclavage alors lol

Le probleme c'est que combien de maraicher ou cerealier utilisent leur propre semance ? quasi aucun, c'est la cooperative qui gere, souvent les grands groupes agro alimentaires passent commande de cereales et les fermier s'engagent a produire pour eux avec les graines qu'ils leur fournissent.
Le cerealier qu on connaissait dans le temps n 'existe quasiment plus. Ce ne sont plus que des sous traitants endettés a mort pour produire plus et essayer de sortir leur epingle du jeu. c'est triste Crying or Very sad

moustik


Pour ma part il en reste quelques uns dans mon secteur.
Pas assez à mon gout (je parle de 3 ou 4), surtout que 2 d'entre eux au moins passent les 78 printemps cette année, il n'est donc pas bien sur que cela dure encore...

Il y a aussi pas trop loin de moi des gens qui élèvent de la génisse et autres animaux, avec un prix très acceptable et surtout une qualité bien supérieure à ce que l'on trouve en grande surface.

lommevert


Moi je crois que l'avenir passe par des structures comme les Amaps. Beaucoup sont ou tendent vers le vrai bio, avec des cultures qui tournent et la terre laissée au repos le temps qu'il faut. J'ai été adhérent d'une association. La maraichère est une passionnée qui sort de formations très humaines et très dures aussi, car c'est un travail pénible, très pénible même.
Elle a galéré à s'acheter un terrain car les banque préfèrent prêter aux gros céréaliers chasseurs de prime, et du coup il faut faire appel à des organismes solidaires, et aux bonnes volontés.
En tout cas chez ces passionnés, il existe des réseaux qui se transmettent les connaissances, qui savent encore travailler avec leur terre et connaissent les variétés anciennes, endémiques ou non. Et qui résistent tant bien que mal à Monsanto et Cie, et a leurs saloperies de produits pétroliers et a leur magouilles avec les semences.
Si tout se casse la gueule,  c'est ces gens là qui pourront nourrir les villes, et ils auront besoin d'un paquet de bras pour tirer cette nourriture de la terre sans pétrole.
Cela leur fera du bien aux "Exploitants Agricoles", de descendre de leurs monstres d'acier et de refondre leurs trophées a deux balles qui proclament virilement: "jamais labour n'est assez profond".
En tout cas c'est bon de savoir qu'il y a des passionnés qui savent tirer parti de leur environnement et nourrir des gens sans intrants ni pesticides ni semences hybrides.
Par contre ceux que j'ai vus en bavent et ils ont besoin de coups de main. C'est un combat de tous les jours.
Enfin bref, les paysans ne sont pas morts, et il y en a des jeunes.
Et tant que les lotissements, les zones d'activité et les supermarchés n’ont pas recouvert toutes les terres fertiles, il reste de l'espoir.
Encore un message trop long, encore désolé Wink

loic35




Alala... si vous saviez le nombre de magouilles qu'il y a en conventionnelles ...

Pour bosser en horticulture et avoir fait un peu de maraichage  , je ne vous dirai qu'une chose , si vous voulez savoir ce que vous achetez faites vos popres semis avec des graines de reseau alternatif( ' kokopeli .. ' ) et penchez vous serieusement sur l'esprit de la permaculture ( pas seulement sur les techniques Wink  )

vinc


Le sors des exploitants agricole est en grande partie dû à leur incompétence. Ils ont fait le choix de devenir les fournisseurs de sociétés ou coopératives qui prenaient en charge toutes les décisions liées à leur travail (quelles plantes produire, quelles variétés, quelles méthodes, quels circuits de distribution, etc)

Ils n'ont pas de plus-value du point de vue économique, chaque agriculteur étant plus ou moins interchangeable avec un autre, il est donc normal qu'ils soient peu à peu remplacés par des machines d'exploitations de plus en plus grosses.

A une époque les paysans nourrissaient le monde, allant parfois jusqu'au produit final (ou fournissant un artisan-boucher, une petite conserverie...). Aujourd'hui, ils fabriquent un minerai pour l'industrie.

Évidement il y a des exceptions, même dans l'agriculture dite "conventionnelle", et je suis admiratif devant les compétences de certains de mes voisins, le principal problème de la profession et qu'ils ne savent souvent pas s'organiser localement.

Ceci dit, de même qu'il est important d'avoir de bonnes notions sur le climat ou la biologie végétale, il est vital de faire analyser le sol, ne serait-ce que par un amateur éclairé, même pour faire du bio, ça nous permet de savoir quelles plantes vont proliférer plus facilement et quelles carences il faut combler (par exemple en cultivant des plantes qui atténuent l'acidité, qui apportent de l'azote, de la matière organique, etc.).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum