Le forum Instinct de Survie à pour objectif de transmettre des connaissances éprouvées en matière de survie, de montrer et de discuter sur le matériel après essais sur le terrain.

Le Deal du moment : -30%
Maillot de Football de l’Équipe de France
Voir le deal
63 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

aspirine (écorce de saule, reine des près, fraises...)

+4
Sieg
Totof
Métatarse
f(x)
8 participants

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

f(x)

f(x)
A la suite d'une autre discussion, je me suis demandé à quel point il était facile de synthétiser de l'aspirine à partir d'écorce de saule ou de reine des près.
Bon, réponse : sans doute faisable, mais pas vraiment "facile". EN revanche, on trouve des choses plus praticables.

Voici déjà un document intéressant : http://philippe.gorlier.voila.net/Documents/Aspirine.pdf

A partir de là, la synthèse d'acide acétylsalicylique suppose en fait deux étapes :

1/ l'extraction de la salicyline des plantes

Un protocole théorique est décrit ici : http://wiki.scienceamusante.net/index.php?title=Extraction_de_la_salicyline_de_plantes
Il faudrait que je tente, mais j'ai peur de courir après le temps...
Sinon, il y a sans doute moyen d'en trouver là (pas testé) : http://www.albanmuller.com/Acide-Salicylique.php


2/ plus délicat : le passage de l'acide salicylique à l'acide acétylsalicylique.

Deux procédés sont apparemment possibles ...mais pas piqués des hannetons pour les faire soi-même  scratch . http://wiki.scienceamusante.net/index.php?title=Synth%C3%A8se_de_l%27aspirine


3/ A défaut donc de se lancer dans ce type d'expériences :

- possibilité de réduire en poudre de l'écorce de saule et d'en faire une décoction pour lutter contre les états fébriles (à ne pas administrer aux enfants !!!)

http://www.chups.jussieu.fr/polys/certifopt/saule_coxib/theme/Levesque.pdf, page 4
http://www.01sante.com/xoops/modules/icontent/index.php?page=657
http://www.pharmaciengiphar.com/SAULE.html


- possibilité d'utiliser de la reine des près, notamment en infusion :

On trouve des choses là : http://www.guide-phytosante.org/anti-inflam-antalgiques/reine-pres/


- possibilité d'une alimentation naturellement riche en acide salicylique (ou : "mangez des fraises"  ? lol! )

cf. dans le texte de Gorlier : "On trouve l’acide salicylique naturellement dans le polygala et dans la fraise". En fait, c'est à l'état de trace, donc il est certain que l'effet n'aura rigoureusement rien à voir avec celui d'un comprimé :

http://hyperuricemie.com/categories/nourriture/27-les-effets-benefiques-des-fraises
http://www.masantenaturelle.com/chroniques/conseil/conseil_aspirine-naturelle.php
http://www.phytochemicals.info/plants/wild-strawberry.php


Voilà, je vais continuer à chercher pour les histoires d'extraction / synthèse. Métatarse, MvM si vous me lisez, et si vous avez des avis...

amicalement
f(x)

Métatarse

Métatarse
aspirine (écorce de saule, reine des près, fraises...) Ranim11
aspirine (écorce de saule, reine des près, fraises...) Empty
Salut !
f(x) a écrit:A la suite d'une autre discussion, je me suis demandé à quel point il était facile de synthétiser de l'aspirine à partir d'écorce de saule ou de reine des près.
Bon, réponse : sans doute faisable, mais pas vraiment "facile".
L'étape la plus délicate, je te l'accorde, est l'extraction de la salicyline de la plante, le reste est assez "facile" à bricoler. On préfère la forme acétylée car la molécule de base a la fâcheuse tendance à créer des brûlures d'estomac.

Cependant, la plupart des protocoles proposés par les divers sites internet me semblent soit voués à l'échec, soit trop complexes pour être intéressants. Dans le second cas, on utilise souvent des produits dont la valeur excède celle de la molécule à extraire.

Puisque tu lances le sujet, je te fais part de l'un de mes projets, en cours de finalisation, pour extraire la molécule de l'écorce de Saule (on adaptera ensuite sur la Reine des prés) avec les moyens du bord (limite moyenâgeux).
Le noeud du problème consiste à se débarrasser des tanins qui sont en excès dans la décoction (et contrecarrent l'action de la molécule) : Les tutos parlent de "réduire" la solution pour former les cristaux, hors, ce serait comme extraire la caféine d'une infusion de thé, il y a des tanins en grande proportion !
Le protocole du début du 20e consistait à prendre de l'acétate de plomb pour former un complexe insoluble avec les tanins (et donc ne garder que la salicyline soluble par filtration). L'acétate de plomb est facile à faire, mais un peu trop toxique à mon goût (pour faire un médicament...).
Je teste un autre acétate, très simple à fabriquer et peu toxique. Mon expérience en est à peu près à ce stade pour l'extraction; je vous proposerai un tuto si cela vous intéresse. Wink

f(x)

f(x)
Smile merci de ta réponse !!
J'avais en effet vu qu'ils utilisaient l'acétate de plomb...
mais à ta différence, je ne me voyais pas le fabriquer... study
quant à le doser / l'utiliser, en effet... Suspect Suspect Suspect
autant te dire que pour ton tuto... je suis hautement curieux et preneur... (je suppose que je ne suis pas le seul) Respect
amicalement
f(x)

Totof

Totof
aspirine (écorce de saule, reine des près, fraises...) Ranim11
aspirine (écorce de saule, reine des près, fraises...) Empty
De fait, tu n'es pas le seul Very Happy . Merci à toi, Métatarse Respect

https://www.youtube.com/user/TheMutof

Sieg

Sieg
aspirine (écorce de saule, reine des près, fraises...) Rmod1010
aspirine (écorce de saule, reine des près, fraises...) Empty
1/ l'extraction de la salicyline des plantes

Un protocole théorique est décrit ici : http://wiki.scienceamusante.net/index.php?title=Extraction_de_la_salicyline_de_plantes
Il faudrait que je tente, mais j'ai peur de courir après le temps...
J'ajouterais que ça réclame un matériel de laboratoire et une pratique qu'on n'a pas forcément dans un contexte de survie.

Sinon, il y a sans doute moyen d'en trouver là (pas testé) : http://www.albanmuller.com/Acide-Salicylique.php
La gaulthérie peut être utilisée en externe mais ça suppose d'être équipé d'un extracteur d'huiles essentielles.

Les manipulations exposées ne sont simples que sur le papier.


2/ plus délicat : le passage de l'acide salicylique à l'acide acétylsalicylique.

Deux procédés sont apparemment possibles ...mais pas piqués des hannetons pour les faire soi-même scratch . http://wiki.scienceamusante.net/index.php?title=Synth%C3%A8se_de_l%27aspirine
Je préfère ne pas y penser ...


3/ A défaut donc de se lancer dans ce type d'expériences :

- possibilité de réduire en poudre de l'écorce de saule et d'en faire une décoction pour lutter contre les états fébriles (à ne pas administrer aux enfants !!!)

http://www.chups.jussieu.fr/polys/certifopt/saule_coxib/theme/Levesque.pdf, page 4
C'est déjà beaucoup plus réaliste dans un contexte de survie.

On peut faire des décoctions d'écorce de bouleau comme on fait des décoctions de quinquina pour le paludisme.

C'est une excellente idée de soulever ce sujet.

Beaucoup de gens oublient que les médicaments sont à l'origine fabriqués à partir de plantes.

http://www.yogadufroid.com

f(x)

f(x)

Beaucoup de gens oublient que les médicaments sont à l'origine fabriqués à partir de plantes.

+1 Siegfried !

(du coup, petit follow-up de notre échange sur Hildegarde : comme tu l'as probablement compris, je fais partie des archi-sceptiques en ce qui concerne les médecines "douces", "alternatives" etc. Mais si l'on accepte qu'un champignon / une plante peut être toxique, je ne vois pas de raison de nier qu'ils peuvent avoir un effet positif Smile !!)

amicalement
f(x)

Sieg

Sieg
aspirine (écorce de saule, reine des près, fraises...) Rmod1010
aspirine (écorce de saule, reine des près, fraises...) Empty
Bonsoir f(x)

Une des choses que j'apprécie le plus sur ce forum est de pouvoir parler à des gens avec qui on n'est pas forcément d'accord sans que ça tourne au pugilat.

Mais si l'on accepte qu'un champignon / une plante peut être toxique, je ne vois pas de raison de nier qu'ils peuvent avoir un effet positif
Du remède au poison, ce n'est qu'une question de dosage.

Ce n'est pas de moi ...

Ça a été formulé il y a plusieurs siècles par Paracelse.

On peut prendre prendre pour exemple la digitaline extraite de la digitale.

C'est un toxique.

On la prescrit pourtant pour traiter certaines pathologies du coeur.

http://www.yogadufroid.com

f(x)

f(x)
Respect !

Nemrod

Nemrod
aspirine (écorce de saule, reine des près, fraises...) Rad1010
aspirine (écorce de saule, reine des près, fraises...) Empty
Un lien intéressant qui va sans doute compléter ce post :

http://www.ac-nancy-metz.fr/pres-etab/varoq/aspirine/ASPI3.HTM


_________________
aspirine (écorce de saule, reine des près, fraises...) Ids_ro10
https://instinct-de-survie.forumgratuit.org

Robert1980

Robert1980
Coucou, est ce que l'un d'entre vous à essayer la décoction à base de poudre d'écorce ?

Kilbith

Kilbith
Robert1980 a écrit:Coucou, est ce que l'un d'entre vous à essayer la décoction à base de poudre d'écorce ?


Personnellement  : non.


Quelques points préalables par rapport à cette discussion :


Tout d'abord il existe probablement des moyens simples d'extraire les molécules intéressantes de plantes afin d'obtenir des substances médicamenteuses actives, ils sont justes oubliés. Du moins si cela a été fait par le passé (disons avant XIX voir XXème c'est  à dire avant le développement de la chimie organique). Le truc c'est que ces protocoles sont en général d'une faible efficacité et/ou dangereux ce qui fait qu'ils ont été progressivement abandonnés par manque de praticité ou de rentabilité.

Rappelons que c'est la dose qui tue. Le gros avantage des médicaments modernes (à base ou dérivés d'extrait de plantes ou des molécules synthétisés) c'est que l'on sait exactement ce qu'il y a dedans et que l'on a déterminé méthodiquement les doses thérapeutiques efficaces. Alors que ce qui est obtenu par des moyens "rudimentaires" c'est toujours un mélange un peu inconnu. Et que les produit obtenu n'étant pas constant, impossible d'être rigoureux en ce qui concerne la détermination de la dose. Le risque d'être en surdosage (toxique) ou en sous dosage (inutile) est très élevé.

D'abord ne pas nuire. Ce principe de base implique qu'il serait idiot de risquer de s'intoxiquer avec une bidouille, alors qu'on peut aller chez son pharmacien chercher de l'aspirine ou si la fièvre est bénigne (et même parfois bienvenue). D'autant plus idiot de passer 20 heures à produire cette bidouille dangereuse alors qu'en bossant ces 20h j'aurais généré suffisamment de ressource pour m'acheter de l'aspirine chez le pharmacien ou un fournisseur.


Une fois bien compris les points ci-dessus...


Si je devais produire un médicament à base de plante faisant baisser la fièvre. Ce qui n'aurait de sens que dans un contexte autarcique à la Robinson Crusoé.
Je prendrais une grande quantité d'écorce de saule, je la réduirais en poudre fine et je la filtrerais le mieux possible, peut être dans un milieu acide (ex le vinaigre). Puis je ferais cristalliser le filtrat. Le produit obtenu serait plus ou moins pur et contiendrait, entre autre, un principe actif très agressif pour l'estomac et entrainant des effets secondaires importants.

En cas de besoin absolu (fièvre très importante et non maitrisable par les moyens du bord) dans le cadre d'une communauté isolée (autant dire situation impossible de nos jours), j'utiliserais les cristaux résidus de ce filtrat à petite dose prise au milieu d'un repas contenant des fibres. Le gros problème étant d'essayer de produire de façon la plus homogène possible ces cristaux....et de tester progressivement la dose admissible en fonction du poids de la personne.

Inutile de dire que dans le processus, ont doit admettre que des accidents graves vont arriver. En d'autre mots, c'est débile de procéder de la sorte quand on peut faire autrement.


En résumé, j’essayerais de reproduire la démarche initiale de nos anciens. Avec comme énorme différence que je sais ce que je cherche, je sais ce que je dois trouver et qu'à la différence des anciens j'ai une vague idée des mécanismes sous-jacent et des risques encourus. Autant dire que je ne le ferais pas si je peux faire rationnellement autrement.

Robert1980

Robert1980
Bonjour, merci de l'intérêt que vous avez porté à ma question et du temps consacré à y répondre.
C'est agréable d'avoir en lecture une réponse aussi complète.
Je suis inscrit depuis hier sur le forum et je n'ai pas encore tout les codes du groupe.
On ne s'improvise pas apprenti-sorcier, prudence est de rigueur... je cherche à connaître et utiliser des ressources naturelles, ce qu'on appelle des remèdes de grand-mère. Je vais m'orienter vers des essences plus accessible pour mon niveau.... content de voir qu'il y a des gens calés sur le thème. Bonne journée à vous.

Alemel

Alemel
j'ai trouvé  une recette d'herboriste Smile

Vin fébrifuge

50 g d’écorce pilée, 1 cuillère à café de grains de poivre écrasés, 1 litre de bordeaux rouge, miel.
Laissez macérer le saule et le poivre pendant 10 jours.
Filtrez. Adoucir avec du miel.
Boire un petit verre avant les deux principaux repas.  


cela me parait pas mal  Wink

une autre recette, je pense que  l'usage d'ecorce de jeunes pousses a  pour  but d'eviter une trop grande concentration en tanins


L’usage de l’écorce de saule blanc (Salix alba) dans le traitement des maux de tête est officiellement reconnu par la Commission E et l’ESCOP. En phytothérapie, on utilise généralement l’écorce des jeunes branches du saule blanc, un arbre vivant dans les régions humides de l’hémisphère nord (Europe, Russie, Asie Centrale, Afrique du Nord…) et pouvant atteindre une hauteur de 25 mètres. L’écorce de saule produit de la salicine, une substance active transformée par l’organisme en acide salicylique et dont la structure chimique est proche de celle de l’aspirine. Les propriétés fébrifuges (prévenir et faire disparaître la fièvre) et analgésiques (réduire la douleur) de l’écorce de saule blanc permettraient ainsi de soulager efficacement le mal de tête.

Posologie : Porter à ébullition entre 150 et 250 ml d’eau avec 2 à 3 g d’écorce de saule puis laisser mijoter pendant environ 5 minutes. On préconise de boire jusqu’à 4 tasses de ce mélange par jour.
Il est également possible d’opter pour la prise quotidienne d’extrait normalisé en salicine : prendre 60 mg de salicine de 1 à 4 fois par jour.

Robert1980

Robert1980
Merci pour les informations. ... Je sais pas pourquoi mais la recette du vin febrifuge m'inspire plus que la suivante 😁
Sûrement le miel


Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum