Le forum Instinct de Survie a pour objectif de transmettre des connaissances éprouvées en matière de survie, de montrer et de discuter sur le matériel après essais sur le terrain.

Le Deal du moment : -50%
BODUM Bistro Set : Théière filtre 1 L + ...
Voir le deal
19.99 €

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Une observation rare de survie - faune

+4
skögen
Sieg
Teacher
Lanceolatus
8 participants

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Lanceolatus

Lanceolatus

Parmi les techniques primitives de survie, dont il est question ici, la plus ancienne et la plus efficace, si l'on table sur quelque chose de pérenne et d'un large point de vue, est l’évolution. S'adapter pour évoluer, et évoluer pour survivre.

Dans le règne animal on appelle ça la spéciation. C'est ce qui fait que les loutres ont des pattes palmées, que les primates ont commencé à devenir bipède, que les bécasses sont super bien camouflées, etc. Les espèces évoluent pour s'adapter à leur environnement.

Mais nous parlons de ces évolutions, de spéciation, uniquement au passé, comme si cela était quelque chose qui s'était passé il y a des millions d'années, et que tout est désormais figé dans un monde où règne l'Homme.

A la pointe de la technologie, apex prédateur, responsable d'une grande majorité des désastres sur la planète, l'Homme n'a cependant pas mis un terme à l'évolution. Tout ne s'arrête pas avec lui.

En témoigne ce cas de spéciation, unique car il se déroule maintenant et devant nous :

Une nouvelle espèce évolue juste devant les yeux des scientifiques dans l’est de l’Amérique du Nord:
Un mélange ultra efficace de Loup, de Coyote et de Chien.

Les loups confrontés à une diminution de partenaires potentiels ont revu leurs standards à la baisse et s’accouplent avec d’autres espèces similaires.

Ces croisements ont commencé il y a 200/300 ans quand les Pionniers Européens sont venus jusque dans le sud de l’Ontario, ont détruit l’habitat du loup pour favoriser les cultures et ont tué un grand nombre d’entre eux.

Cela a permis aux coyotes de se propager à partir des prairies, et les fermiers blancs ont également apporté des chiens. Avec le temps, le loup commença à s’accoupler avec ces nouveaux voisins génétiquement proches.

Les progénitures résultantes, appelées Coyotes de l’Est ou Coywolf par certains, se comptent par millions selon les chercheurs de l’université de Caroline du Nord.

Les animaux issus de croisements inter-espèces sont généralement moins vigoureux que leurs parents, si tant est qu’ils survivent. Ce n’est absolument pas le cas avec cet hybride Loup-Coyote-Chien qui s'est développé jusqu'à être une somme supérieure à l’ensemble de ses éléments .
A environ 30 kg en moyenne, l’animal hybride est à peu près 2 fois plus lourd qu’un coyote standard, et ses larges mâchoires, ses jambes plus rapides et son corps plus musculeux lui permettent de mettre à terre de petits cerfs ou même de chasser l’élan en meute. Ajouter à cela le fait que l’animal est assez habile pour chasser en terrain dégagé ET en forêt dense.

Une analyse de 437 spécimens hybrides juge que l’ADN du coyote domine la composition génétique, avec un dixième de son ADN venant du chien, généralement venant de grandes espèces comme le Doberman ou le Berger Allemand, et un quart venant du loup.

Son cri commence comme le hurlement profond du loup puis évolue vers le jappement plus aigu du coyote.

Son ADN venant du chien pourrait apporter un autre avantage. Certains scientifiques pensent que l’animal hybride pourrait s’adapter à la vie citadine, chose que ni les loups ni les coyotes n’ont réussi à faire de leur côté, car ses ancêtres chiens lui permettrait de tolérer la présence humaine et le bruit.

Le Coyloup s’est propagé jusqu’à certaines des plus grandes villes du pays en utilisant les couloirs ferroviaires, incluant New York, Boston ou Washington.

Les croisements permettent à cet animal de diversifier son régime et de manger des déchets alimentaires en marge des rongeurs et de petits mammifères, incluant des chats, et ils sont devenus nocturnes afin d’éviter la présence humaine.

Ils sont également assez intelligents pour regarder des deux côtés de la route avant de traverser.

Tous les chercheurs ne sont pas d’accord sur le fait que ce soit une nouvelle espèce, arguant qu’une espèce ne se croise pas avec une autre, bien que l’existence de cet hybride soulève la question de savoir si le loup et le coyote sont deux espèces différentes ou non.

Mais les scientifiques ayant étudié ces animaux disent que le mélange des gènes a été bien plus rapide, extensif et transformationnel que personne ne l’avait remarqué jusqu’à très récemment.

« Cette incroyable histoire d’évolution contemporaine à lieu juste sous notre nez. » dixit Roland Kays de l’Université de Caroline du Nord.

Une observation rare de survie - faune 190107111000405906

Teacher

Teacher
Une observation rare de survie - faune Rad1010
Une observation rare de survie - faune Empty

C'est très intéressant cette hybridation, qui contredit la "théorie" voulant qu'un animal dont les deux parents ne sont pas de la même espèce est stérile.
Ce cas se rapproche du croisement également récent entre grizzly et ours polaire, qui permettrait la survie de l'ours polaire menacé d'extinction.

https://www.youtube.com/channel/UCMu6qfiptG2XbXA8U-dca0w

Sieg

Sieg
Une observation rare de survie - faune Rmod1010
Une observation rare de survie - faune Empty

Très intéressant ton exposé !

Un bel exemple d'adaptation à un milieu hostile.

study

http://www.yogadufroid.com

skögen

skögen

Salut Lanceolatus,
N'étant absolument pas spécialisé en la matière, je me permet quand même cette question:
Le cas ici soumis, bien que très intéressant, est-il vraiment un exemple d'évolution, de spéciation comme tu l'explique, car les espèces en cause n'ont pas évoluées mais se sont plutôt hybridées?

Un peu comme si papa loutre avait fait des mamours avec maman canard pour que ses rejetons aient des pattes palmées, pour reprendre ton exemple.  Est-ce qu'on parle d'évolution dans ces (fictifs) cas-là?

Je le répète, je n'y connait rien, simple question de curiosité.

Par ailleurs, sujet fort intéressant.  On a parlé beaucoup du coyote milieu urbain dernièrement.  La ville de Montréal s'est même dotée d'un plan de gestion du coyote pour faire face à ce «phénomène naissant».
Je met des guillemet car ayant grandi dans un petit village agricole de la plaine du St-Laurent, la présence de ces animaux en milieu péri-urbain est connue depuis longtemps et j'en ai fait la rencontre quelques fois étant jeune alors que nous jouions dans les champs à l'orée des bois au crépuscule.  Je m'étonne même qu'ils n'aient pas migré en ville plus tôt: le choix de bouffe ne manque pas entre pigeons dodus, chats errants, ratons-laveurs et écureuils bien gras, et même rats puants!  Et pourquoi pas un petit caniche égaré ?  Twisted Evil

Nous étions loin du Coyloup décrit dans ton post par contre  affraid ...

Pour polluer encore un peu le sujet  Laughing , le grizzly et l'ours polaire sont de proches parents.  En fait, ce dernier ne serait qu'une évolution du premier, ce qui permet peut-être la survie des rejetons hybrides.  J'ai lu dernièrement un petit ouvrage très intéressant sur le sujet «ours» dont je reparlerai une autre fois.

Lanceolatus

Lanceolatus

Et très bonne question ! Tu n'as pas à prendre de pincettes ! "Ceux qui savent ont appris" comme on dit.

Il existe plusieurs "méthodes" de spéciation, et l'hybridation en fait partie. Il n'y a aucune "volonté" derrière les individus, ça se passe c'est tout, et les résultats sont là.

Ensuite il y a une question qui n'a toujours pas de réponses : est ce que loup, le chien et le coyote sont des espèces réellement différentes ?

Il y a des différences certes, mais pas énormes... En tous cas pas assez grandes biologiquement pour qu'une soit disant hybridation ne fonctionne pas, la preuve.

Le loup se nomme Canis lupus, le chien Canis lupus familiaris. Le chat forestier Felis sylvestris, le chat domestique Felis sylvestris catus. Chiens et chats domestiques appartiennent donc au même genre et à la même espèce que loups et chats forestiers, et sont juste des sous espèces de ces animaux sauvages.

Les différences se font surtout au niveau du gabarit, du pelage, de la "dureté/résistance" et du comportement.

En d'autres termes nous avons des chiens qui se sont adapté à la vie sauvage, la rudesse du climat et de la nature, et d'autres qui se sont laissé aller à l'humanisation, aux canapé, à la nourriture facile...

Pareil pour les chats !

Donc pour répondre directement à ta question, oui on peut parler d'évolution !

Quand aux coyotes de chez toi qui ne s'aventurent peut-être pas trop en ville et bien il y a des raisons à cela.
Loin d'être idiots il mesurent le ratio nourriture/risques. La nourriture est sûrement abondante, mais les risques sont trop grands. Même si j'aime à penser qu'au Canada les gens respectent plus les animaux et la nature, ils vont fatalement se faire chasser, tuer, blesser...

Dans la nature ou aux abords des villes il y a moins de nourriture mais suffisamment pour la survie de l'espèce à long terme. Ces informations sur la disponibilité de bouffe et les risques humains sont transmis dans l'adn, et le résultat est ce qu'on peut appeler l'instinct.


Teacher, oui c'est très intéressant ! Et tu vois j'ignorais pour l'hybridation des ours polaires et des grizzlys !!!! Je vais me renseigner très vite !

Ana78

Ana78

article très intéressant, merci !

Sieg

Sieg
Une observation rare de survie - faune Rmod1010
Une observation rare de survie - faune Empty

Radio-Canada a publié un article qui résume bien le phénomène :

https://ici.radio-canada.ca

http://www.yogadufroid.com

Teacher

Teacher
Une observation rare de survie - faune Rad1010
Une observation rare de survie - faune Empty

très intéressant en effet. L'article date de 2014.
Je me rappelle avoir vu des pizzlys (ma mémoire me disait grizzlar Une observation rare de survie - faune 1822059364 ) dans un documentaire à la télé depuis ce temps, c'est donc qu'on a réussi à en filmer.
Mon impression en les voyant, des ours blancs avec des taches brun pâle, était qu'ils avaient tous l'air désemparés et malades, mais c'est une impression très subjective de qui aime et vénère les ours, blancs et noirs.

https://www.youtube.com/channel/UCMu6qfiptG2XbXA8U-dca0w

reaper

reaper
Une observation rare de survie - faune Ranim11
Une observation rare de survie - faune Empty

Cette chimère est magnifique I love you

L'hybridation est une réalité depuis longtemps

La survie du plus adapté...

a2pir

a2pir

https://fr.wikipedia.org/wiki/Grolar

Lanceolatus

Lanceolatus

Grolar... Il a fallut qu'ils les appellent Grolar... Sans déconner Laughing Laughing Laughing

Merci Ana78 Wink

En tous cas je trouve la nature, le vivant toujours aussi fascinant et inspirant quand à la survie justement. Il y a pas mal à apprendre là dessus, et cela permet aussi de voir la survie avec un autre regard, un regard plus large et pas forcément axé sur soi et ses proches, mais sur l'espèce.

Exo

Exo

Super exposé laceolatus merci Respect

Contenu sponsorisé



Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum